Culture

L'économie


Enfin ! Après le blocage de sa nomination en tant que Déléguée générale de l’OMC par l’administration Trump, Ngozi Okonjo-Iweala devient la première Africaine et

première femme à la tête de cette organisation. C’est historique ! "Enfin l'OMC se dote d'un directeur général et nous nous félicitons de cette nomination", déclare Karin Karlsbron, coordinatrice Renew Europe au sein de la commission du commerce international.

Renew Europe a pleine confiance en l’ex Ministre des Finances du Nigéria et ancienne Directrice générale de la Banque mondiale pour s’atteler aux nombreux défis qui attendent l’OMC. Son expérience en tant qu’ancienne présidente du conseil d’administration de Gavi est également un atout, surtout en cette période. "Son audition au Parlement européen a montré à quel point elle est capable d'assumer une telle position", explique Marie-Pierre Vedrenne, députée Renew Europe, membre du comité de pilotage de la conférence parlementaire de l'OMC.

Le commerce international connait sa période la plus tumultueuse. Les tentations d’un retour au protectionnisme et au repli sur soi sont des facteurs de tensions. De plus, la pandémie de coronavirus a des conséquences colossales sur le commerce avec des appels au protectionnisme dans le monde entier. Renew Europe reste engagé à défendre le multilatéralisme et le commerce fondé sur des règles. "Onkojo-Iweala a un programme qui est prometteur pour l'avenir. Nous sommes sûrs que cela signifiera que l'OMC sera plus efficace et qu'elle placera la lutte contre le changement climatique au plus haut dans son ordre du jour", déclare Karin Karlsbro.

Nous appelons à une réforme de l’OMC. Ngozi Okonjo-Iweala aura le devoir d’engager cette réforme afin de renforcer l’organisation. La fonction de règlement des litiges, son mécanisme, l’élaboration des règles et les fonctions de contrôle et de délibération doivent évoluer pour devenir plus efficaces. L’OMC doit s’adapter à notre époque si elle veut rester une organisation internationale incontournable.

"Nous soutiendrons son travail pour mettre fin à la paralysie de l'organe d'appel de l'OMC et pour intégrer pleinement les objectifs de développement durable", ajoute Marie-Pierre Vedrenne. L’Union européenne et le reste du monde ont besoin d’une OMC efficace pour faire face aux défis que la pandémie de coronavirus va nous laisser. Photo - World Trade Organization, Wikimedia.